Si les Marianistes qui avaient mis leur charisme au service de l’éducation et de l’enseignement sont relayés professionnellement par d’autres compétences, pourquoi ne seraient-ils pas relayés sur le plan de la vie religieuse par une nouvelle communauté attentive à tracer dans les déserts contemporains des voies pour le Seigneur?

 

Mgr Jean-Marie Lovey,

Evêque du diocèse de Sion