Nous nous souvenons dans notre prière de M. Josef Stähli, décédé au service de la Très Sainte Vierge le 7 novembre 2007 à Sion, dans la 90e année de son âge et la 72e de sa profession religieuse.

Josef Stähli est né le 18 mai 1918 à Flums (canton St-Gall). Il est le 9e d’une famille de 11 enfants dont quatre sont décédés en bas âge. Son curé lui parle des marianistes: ainsi Josef se rend à l’âge de 15 ans au postulat de Martigny pour mieux connaître sa vocation. Deux ans plus tard, en 1935, il va en Belgique, à St-Remy-Signeulx, pour une année d’approfondissement de son appel. Le 12 septembre 1936, frère Josef fait alliance avec Marie. Le 26 juillet 1941, il s’engage pour toujours dans la Société de Marie. Sa formation d’enseignant, il la reçoit à Freistadt (Autriche) et à Sion.

Son activité professionnelle, quarante ans durant, frère Josef l’exerce dans deux écoles: Altdorf et Brigue. En 1940, les supérieurs l’envoient à Brigue pour enseigner en première année primaire. L’année suivante, il part pour Altdorf où il enseigne 26 ans durant, puis il retourne à Brigue. De 1970 à 1973, il est directeur de l’école primaire et de 1973 à 1980, il exerce la fonction de directeur de la communauté marianiste.

Tout  au long de son enseignement, Monsieur Stähli est actif au-delà de l’école. À Altdorf, il se forme aux travaux manuels, s’occupe du matériel scolaire, s’engage dans des mouvements de jeunesse. Enfin, il s’occupe du secrétariat pour 200 enseignants. À Brigue, son activité extrascolaire impressionne: frère Josef s’occupe des servants de messe, exerce les fonctions d’économe et de directeur de la communauté. Il fait partie du comité des films culturels et en devient le vice-président de 1972 à 1975. Dans le domaine ecclésial, il représente les religieux du Haut-Valais au Synode 72 dans le diocèse de Sion (1972-1976) et s’occupe des archives de cette assemblée.

Il n’est pas étonnant de trouver notre confrère très actif durant sa longue retraite (1980-2007). Il rend de multiples service au séminaire marianiste Regina Mundi (1984-1990) et en communauté à Chaminade (Sion). Il est malheureux s’il ne peut rendre service. C’est ainsi que frère Josef met en œuvre sa vie durant l’appel de Marie aux serviteurs des noces de Cana: Tout ce que Jésus vous dira, faites-le!

Les six derniers mois, de mai à novembre 2007, Monsieur Stähli les passe à la Maison St-François, ne pouvant plus être soigné à Chaminade. Sa santé demande de multiples soins que nous ne pouvons plus assurer. Par sa jovialité, il égaye la vie des pensionnaires, comme il l’a toujours fait tout au long de sa vie de religieux marianiste. Désirant devenir centenaire, soudain, il est pressé de retourner à la Maison du Père. En quelques jours sa santé décline et mercredi 7 novembre 2007, il rend son âme à Dieu en présence de deux religieuses, de l’infirmier-chef et du supérieur de sa communauté. Que le Seigneur accueille son fidèle serviteur dans la béatitude éternelle!

Lors du repas des funérailles, l’une de ses nièces nous rapporte une anecdote dont frère Josef Stähli était fier. Au mois de juin 1938, lorsque le père Jakob Gapp s’est rendu dans son Tyrol natal, le jeune Josef l’a accompagné à la gare de Freistadt et lui a porté la valise. Est-ce là l’origine de sa dévotion au bienheureux Jakob? En effet, très souvent il faisait les neuvaines proposées par les marianistes d’Autriche dans un livret Neun-Tage-Andacht édité en 1986, neuvaine qu’il recommanda aux membres de sa famille.