Dans notre prière, nous nous souvenons de l’abbé Roger Louis Morandi, décédé au service de la Très Sainte Vierge le 4 novembre 2009 à Versailles, dans la 95e année de son âge et la 76e de sa profession religieuse.

D’une famille originaire du canton du Tessin (Suisse), Roger MORANDI est né le 24 août 1915 à Corcelles-près-Payerne, dans le canton de Vaud, d’un père catholique et d’une mère protestante. Son père et son oncle avaient repris la briqueterie paternelle. Il est élevé dans la religion catholique. Profondément marqué par la Croisade eucharistique dont il fit partie très jeune, il a toujours reconnu que cette œuvre fut le milieu propice à l’éclosion de sa vocation religieuse et sacerdotale.

Prévu assez jeune pour reprendre, à la suite de son père, la briqueterie familiale, il suit pourtant une autre voie et frappe à la porte des religieux marianistes. Il s’engage dans la Société de Marie par la profession religieuse le 12 septembre 1934, un an après la mort de son père. Le 21 novembre 1937, il fait alliance avec Marie par l’émission des vœux perpétuel.  Ses études de théologie, il les termine au séminaire marianiste Regina Mundi de Fribourg. Il est ordonné prêtre le 6 avril 1946. Doué pour la musique, il étudie aussi le chant, la musique, suit des cours au conservatoire. Il est un organiste de talent.

Il consacre la majeure partie de sa vie religieuse et sacerdotale à la formation spirituelle, artistique de la jeunesse. Après son passage au collège Sainte-Marie de Martigny, il est nommé au collège Sainte-Marie Grand Lebrun à Caudéran près de Bordeaux comme professeur de chant, de musique, de latin, de sport, etc. Il y monte une chorale.

En raison de son attachement à célébrer l’ancienne messe, l’abbé Morandi quitte Bordeaux et se rend à Bourg-la-Reine où il fonde à nouveau une chorale, la chorale Saint-Charles, et une troupe scoute en 1976. Très lié à Mgr Lefebvre, il suit les idées de l’archevêque émérite mais reste attaché à sa congrégation par le vœu de stabilité, tenant à demeurer marianiste. En 2004, il rejoint la chapelle Notre-Dame de l’Espérance desservie par la Fraternité Saint Pie X. Il y assure la messe matinale quotidienne. En mars 2009 on diagnostique un cancer du pancréas. Entouré d’un prêtre et de deux religieuses, mercredi 4 novembre 2009, le père Monrandi retourne à la Maison du Père.