Une année durant, les marianistes ont fêté les 250 ans de leur fondateur Guillaume-Joseph Chaminade. De nombreuses initiatives sont nées. Tel le spectacle Chaminade en avril 2011 à Lourdes. En Suisse, la clôture de cette année jubilaire a été célébrée par une messe radiodiffusée dans la cathédrale de Sion dimanche 15 janvier 2012.

De nombreux amis et connaissances sont venus fêter avec les membres de la Famille marianiste de Suisse. Deux points forts sont à relever: l’homélie de l’abbé Johann Roten, marianiste, et les intentions de prière.

Dans son homélie, le prédicateur a rappelé aux fidèles qu’il y a des temps où Dieu est obligé de réveiller l’homme. L’appel de Samuel est un réveil. Si Dieu réveille, c’est qu’il cherche la rencontre avec l’homme.

Johann Roten a aussi dressé un portrait du bienheureux Guillaume-Joseph, disant entre autres:Chaminade sera amené à faire face à l’indifférence religieuse de la culture, à l’apathie cynique des intelligences et à la torpeur des cœurs. Il puisera pour le faire dans la grande tradition de l’Église … Chaminade n’est pas un de ces chefs de fil aigris qui va organiser une phalange de conservateurs nostalgiques ou d’intégristes butés, mais il est lui-même intégré dans son appartenance à l’Église et il conserve dans son cœur et dans son action l’intégralité de l’espérance annoncée par le Christ.

Les intentions de prière s’inspiraient des lectures du jour. Quatre fidèles ont présenté une Bible, le pain et le vin, le logo marianiste sous forme de cœur et le cierge de l’année Chaminade. Avec André et Jean, qui virent où Jésus demeurait, et qui restèrent auprès de lui ce jour-là (évangile du jour), les fidèles ont prié:Seigneur, nous t’offrons, ce cœur, symbole de notre cœur où tu es toujours avec nous, où tu nous invites à rester avec toi. Aide-nous à y demeurer et à y construire notre vie de chaque jour.

Un apéritif , pris dans la salle paroissiale, a prolongé cette messe d’action de grâce.