Visite aux frères suisses

Du mardi 20 au samedi 24 juin 2017, le père Manuel-J. Cortés et le frère Maximin Magnan visitaient les marianistes suisses. Cinq jours pour rencontrer les frères de Naters, Sion, Fribourg et Zurich en passant par Montna et visiter le frère Jean-Paul Federneder hospitalisé à la suite d’un AIT (accident ischémique transitoire).

 

 

Rencontre avec les laïcs

En ce samedi 24 juin, jour où l’Eglise fêtait le Cœur Immaculé de Marie ainsi que la Nativité de saint Jean Baptiste, c’est d’un cœur joyeux, que, répondant à l’invitation des religieux marianistes de Suisse, nous nous sommes rendus au chemin de Pellier à Sion, pour rejoindre la communauté marianiste de Sion et ses supérieurs.

 

Ainsi, nous avons été reçus par le père Manuel-J. Cortès, supérieur général, et le frère Maximin Magnan, son assistant pour l’éducation. Etaient également présents frère Roland Gruber, supérieur de la Communauté territoriale de Suisse et le père Jonas Kpatcha, arrivé tout exprès de Fribourg.

 

Avec très grand intérêt, nous avons écouté le père Manuel-J. Cortès nous parler de la situation de l’Eglise dans le monde, avec ses zones d’ombres comme au Canada où les couvents et maisons religieuses se ferment et sont reprises par des laïcs comme salles de sports et de spectacles et ses zones plus lumineuses, où dans le monde la foi renaît.

 

De notre côté nous avons évoqué le groupe de prière, ses débuts avec le fort appui de frère Pierre Devanthey et du père François Bommer. Ce dernier, toujours fidèle au rendez-vous, nous attendant dans la chapelle, déjà revêtu de ses vêtements liturgiques. Nous avons aussi souligné le soutien paternel et précieux du Père Bernard Truffer, sans oublier de mentionner au passage toutes les grâces reçues dans ce lieu béni.

 

Le père Manuel-J. Cortès a eu la bienveillance de suivre avec attention nos informations avant de nous inviter à nous rendre à la chapelle pour la messe célébrée vers 11 heures.

 

Dans une ambiance très fraternelle, un repas nous a été servi à la salle à manger, puis nous nous sommes quittés comme prévu, vers 15 heures, heureux et reconnaissants pour ces instants précieux en si noble compagnie et cette belle journée.