Comme je désire, mon enfant, que vous croissiez, vous aussi, dans la pratique des vertus religieuses! Comme je désire que vous soyez un saint! Rendons synonymes les expressions de saint et d’enfant de Marie! Que la bénédiction paternelle que je vous donne ici, de toute l’effusion de mon cœur, puisse produire cet heureux effet.

Bienheureux Guillaume-Joseph Chaminade
Lettre 188, 25 janvier 1822

D’une fête à une autre, nous devons nous disposer à la célébrer en pratiquant l’esprit du mystère qu’elle représente. La prochaine fête est la Toussaint; ainsi tâchons jusque-là, de prendre une sainte pour modèle et imitons-la autant que nous pourrons. Avec le secours de Dieu, nous pouvons tout.

 

Adèle de Trenquelléon
Lettre 51, 9 septembre 1806

 

 

Voir Dieu, être semblables à Dieu: voilà notre espérance. Et aujourd’hui, justement en ce jour des saints et avant le jour des morts, il est nécessaire de penser un peu à l’espérance: cette espérance qui nous accompagne dans la vie. Les premiers chrétiens dépeignaient l’espérance comme une ancre, comme si la vie était l’ancre jetée sur le rivage du Ciel, et nous tous en marche vers ce rivage, agrippés au cordage de l’ancre.

 

C’est une belle image de l’espérance: avoir un cœur ancré là où sont nos ancêtres, où sont les saints, où est Jésus, où est Dieu. Voilà l’espérance qui ne déçoit pas; aujourd’hui et demain sont des jours d’espérance.

 

L’espérance est un peu comme le levain, qui fait dilater l’âme; il y a des moments difficiles dans la vie, mais avec l’espérance, l’âme avance et regarde ce qui nous attend. Aujourd’hui est un jour d’espérance. Nos frères et sœurs sont en présence de Dieu et nous aussi nous serons là, par pure grâce du Seigneur, si nous marchons sur la voie de Jésus.

 

Pape François, Homélie du 01.11.201