Dans notre prière, nous nous souvenons de M. Jakob Thalmann, décédé au service de la Très Sainte Vierge le 30 décembre 2005 à Sion, dans la 96e année de son âge et 1e 69e de sa profession religieuse.

 

Gottshaus (Maison de Dieu) est la commune thurgovienne de Suisse qui a vu naître Jakob Thalmann, le 3 avril 1910, le jour de Quasimodo. Jakob est le deuxième d’une famille de sept enfants. Sa jeunesse, il la passe à Gossau (Saint-Gall) où il fréquente l’école primaire.

 

A quatorze ans déjà, en 1924, il travaille dans une broderie. En 1927, on le voit actif dans une fabrique de textiles à Herisau (Appenzell).

A 26 ans, il entend l’appel de Dieu. A la suite d’une lecture dans une revue, le jeune Thalmann frappe à la porte des Marianistes. Il entre au noviciat de Greisinghof (Autriche) et le 12 septembre 1937, il s’engage dans la Société de Marie par la profession des conseils évangéliques.

 

Un an d’apprentissage d’un nouveau métier, celui de menuisier, à Freistadt (Autriche) et un an au Technicum de Fribourg (Suisse) l’introduisent dans son travail dans la Société de Marie. Le 26 juillet 1941, frère Jakob Thalmann s’engage pour toujours au service de Marie, à Fribourg.

Grangeneuve (Fribourg), Yseure (France), Rome et Martigny, au coude du Rhône, sont les lieux d’activité professionnelle de frère Jakob. En terre martigneraine, notre frère exerce le métier de saint Joseph quarante ans durant. Il connaît tous les recoins du collège Ste-Marie où il effectue des transformations, des réparations et des rénovations.

 

A 84 ans, il quitte la communauté de Martigny, en 1994, qui ferme ses protes et se rend à Sion où il continue à se passionner pour le travail de menuiserie. Il passe le temps de sa retraite à bricoler, à lire et à prier. Combien de fois ne le rencontrons-nous pas le chapelet en main, un livre religieux sur son pupitre de lecture… ou à la chapelle.

 

Depuis quelques années, frère Jakob exprime son désir de retourner à la Maison du Père. Les deux derniers mois de sa vie, il les passe entre la clinique, la communauté et l’hôpital. Il attend sereinement son passage à la Patrie céleste: je sais où j’en suis, dit-il au supérieur qui le conduit de la clinique en communauté. Dimanche 25 décembre, il demande: Oh, mon ange, ayez pitié d’un pauvre pécheur et l’infirmière l’installe dans son lit. Vendredi matin 30 décembre 2005, dans sa 96e année, Jakob s’éteint paisiblement à l’hôpital de Gravelone.

 

Baptisé à Gottshaus (Maison de Dieu), frère Jakob s’en est allé dans la Maison du Père, ce Père qu’il a servi en s’engageant dans la Famille marianiste comme religieux faisant alliance avec Marie. Que le Seigneur lui ouvre tout grands ses bras pleins de miséricorde.

Jakob Thalmann

 

Jakob dans son atelier

 

Il aimait prier le chapelet