Un soir, une adolescente en difficulté relationnelle me dit: “Je veux être Myriam!“ Quel choc bienfaisant pour ma vie! Je prenais conscience de l’enracinement humain et biblique de ce cri: Je veux non pas devenir, mais être Myriam. Tout un processus de croissance qui va jusqu’à son accomplissement total, l’éternité où Dieu nous murmure: “J’ai inscrit ton nom dans la paume de ma main.“

 

Je veux être Myriam, n’est pas uniquement le cri d’une adolescente. C’est un appel divin qui nous invite chaque jour à changer nos relations avec les autres qui sont nos frères et nos sœurs, qui appartiennent tous à la famille de Dieu, qui veut être le Père de tous.

 

Je veux être Myriam m’est adressé pour être à l’écoute de celui et de celle qui m’est très proche, que je côtoie chaque jour ou occasionnellement, lui permettre d’être Myriam.

 

Je veux être Myriam, ce désir n’est-il pas inscrit dans l’intime de notre être, un appel divin à découvrir chaque jour au plus profond de notre cœur, le nom que Dieu a imprimé en nous lors de notre baptême?

 

Chaque jour, Dieu nous fait le don d’être encore plus Myriam.

 

Théodore et Myriam